Synthèse APIVA

Voici le lien qui vous permettra de télécharger la synthèse d’aquaponie sur le site d’APIVA:

https://projetapiva.wordpress.com/documents-ressources-apiva/

 

Bonne lecture!

 

Et si vous ne les avez pas vu, voici les vidéos faites pour résumer ceux deux magnifiques journées de rencontre autour de l’aquaponie, aquaculture et de l’hydroponie en France, au lycée professionnel Olivier Guichard de Guérande.

 

 

Sans oublier les recommandations de Pierre Garsi, pour les porteurs de projets qui souhaitent se lancer dans l’aquaponie, ses conseils sont précieux!

 

 

 

Cloudponics

 

Sigue nuestro tour del mundo de la hidroponía!

Después de haber visitado VerdeAgua en Uruguay, Vivero villa Mónica y Babel en Argentina, llegamos a Santiago de Chile para encontrarnos con los dos creadores de Cloudponics: Nicolás Ruiz y Pepjin van der Krogt.

Con la mejor onda del mundo, nos recibieron en su casa para hablarnos de los productos que desarrollan. Ellos son especialistas en cultivos indoor, que por lo general se hace en hidroponía. Ya tienen muchos anos de experiencia y se dan cuenta de que mucha gente esta interesada en tener sus propios cultivos pero no tiene el conocimiento suficiente para poder lograrlo. Es cierto, la hidroponía no es tan fácil como parece, sobre todo en un espacio reducido, hay muchos factores a tomar en cuenta. A veces la gente por lo mas que tenga voluntad, no tiene el tiempo de aprender la técnica atrás del cultivo.

Así decidieron encargarse de la parte difícil del cultivo y dejar a los clientes el lado lindo: sacar hojas viejas, cosechar las plantas, … Y para que eso sea posible, trabajaron un montón con ingenieros y especialistas de las plantas tal como el Profesor Francisco Albornoz Gutiérrez de la Universidad Católica de Chile en Santiago. Trabajando juntos, lograron hacer un growbox de otro planeta. Un growbox que crece solo tu plantita, solo te queda agregarle agua de vez en cuando y sacarle fotos,…

Te podes imaginar el lujo?

Tienen captores por todos lados y una computadora que ajusta todos los niveles de solución nutritiva, pH, temperatura, … so-li-to!! La planta siempre tendrá en todos momentos las condiciones perfectas para crecer en plena salud y en muy poco tiempo. Porque es cierto que cuando esta bien hecha, la hidroponía hace magias. De hecho hace poco hicieron un test con una persona que no sabia de plantas y le salió una cosecha tan linda que no lo podía creer que lo hubiera logrado ella.

Esperan, y nosotros esperamos con ellos, que gracias a este sistema, cada vez mas gente sea interesado en tener su cultivo propio y dejar de consumir plantas con pesticidas o poco gusto.

Hay que ser exigente con lo que atreviese nuestro cuerpo, no queda ninguna duda de eso, pero ahora con la growbox de cloudponics, tampoco queda duda de que sea posible para cualquier persona de ser un “modern farmer”.

Además, hay que admitir que le queda hermoso, y es la primera vez que puedo decir eso de un growbox. Este yo me lo re imagino en mi living room!

Aquí podrán descubrir nuestro encuentro con los chicos de Clouponics y el funcionamiento de su sistema

 

 

Y en este video hablamos de cannabis, porque bueno, mucho de los growbox que existen hoy en día se usan para el cultivo de marihuana. La visión de Nicolás sobre esta planta nos pareció tan interesante que se la quisimos compartir.

 

 

Disfruten!

 

 

 

 

.

 

Empezando con la hidroponia

 

Eso es una foto de nuestro primer contacto con la hidroponía, en 2011.

Antes de este día nunca se me hubiera ocurrido hacer crecer una plantita en agua.

Que idea mas rara, las plantas comen tierra no? Que mal informada que estaba en esta época.

Desde este día hicimos un gran camino con Nico, dejamos nuestro “trabajo perfecto” en una multinational para vivir de un vivero hidropónico en Francia. Aprendimos de la plantas y ahora entendemos un poco mas como viven y como se nutren y te lo digo en serio, este tema te apasiona, es mágico, en serio (posta!).

Hay gente que nos dijo « locos » cuando tomamos esta decisión pero hoy miramos atrás y agradecemos a todos los que no sostuvieron en la locura de querer vivir de nuestra pasión. No hay nada mas lindo.

Y esta pasión nació este mismo día de 2011 cuando por primera vez, y por casualidad, alquilamos una cabaña en una isla del Tigre a Arturo y Mónica y nos hicieron visitar su vivero hidropónico.

DSC01958

Probamos una frutilla y fue un “flash” tal como lo cuenta Nico. Estaba riquísima. Re contra rica te diría un porteño jajaja. Como podía ser que una frutilla colgada a la vertical y tomando agua podía ser tan rica?

Queríamos entender, seguimos un curso en el Vivero villa Mónica, ahi tambien tengo una foto que marca este momento tan especial (pero eso no lo sabia todavia):

P1030196

Y a partir de ahí todo fue muy rápido: Pusimos en marcha un pequeño sistema hidropónico en nuestro balcón de Buenos Aires.

En el balcon, nuestra primera huerta hidroponica:

IMG02048-20130408-0845

Comimos nuestros vegetales durante 2 anos hasta que nos lanzamos en serio en el cultivo hidropónico, en 2013.

En el sur de Francia, nuestro vivero hidroponico, 2015:

IMG_4405

En 2016, aprovechando de nuestra idea del Tour del mundo de la Hidroponía, volvimos a visitar a Arturo y Mónica. Para agradecerlos de todo lo que nos inspiraron y seguir aprendiendo con ellos, nuestros maestros de hidroponía.

P1050227

 

Ya que hace poco decidí compartir todo lo que vamos descubriendo en Youtube, para que la gente pueda aprender con nosotros, acá les dejo el video del encuentro.

 

 

Y un video bonus de tutorial en el cual podrás aprender todos los trucos para hacer crecer frutillas verticales en hidroponía!

 

 

 

 

 

…hasta la proxima!

 

 

.

 

Verde Agua Hidroponia

—————————————————-Versión español abajo

Après avoir vu les vidéos de Verde Agua, laissez moi vous expliquer brièvement comment marche leur système hydroponique…

DCIM110GOPRO
Les Sourciers chez VerdeAgua

Le système est formé de deux grands réservoirs d’eau dans lesquels la solution nutritive est préparée. Ils contiennent une capacité totale de 10.000 L, une pompe permet à l’eau de recirculer la solution pour que celle ci soit brassé ; se mélange et soit oxygénée, la solution est alors prête à être envoyé a chacune des serres qui elles même ont une réserve d’eau indépendante de 500L. Un tuyau amène la solution diluée et un autre de l’eau pure afin de diluer au pH et EC souhaité. Des mesures sont effectuées 3 fois par jour afin de vérifier les niveaux de pH et d’EC, le dimanche les employés font des rotations afin d’assurer une présence tous les jours dans la serre.

DSC02911

La plupart du matériel utilisé pour construire les serres est issu de recyclage. Les serres sont faites en poteaux de bois d’une hauteur d’environ 3m, il sont recouvert de plastique transparent fait pour les serres afin de résister à de hautes températures. Ils utilisent un tissu de mailles noires pour faire de l’ombre lors des heures les plus chaudes de la journée, celui ci est tiré manuellement à chaque fois que nécessaire. Avec un total de 9 serres, Verde Agua à une capacité de production de 100.000 plantes, l’espace est très bien organisé avec une zone dédiée au semis, une nurserie pour les petites plantes qui sont disposées sur un espace plus restreint, et enfin l’étape finale en chambres de culture plus espacées afin d’y terminer leur croissance jusqu’à la récolte.

2015-12-17 14.21.26

Tous les jours les petites mains sèment et transplantent, puis les plantules sont placés dans un système NFT de 12m de long qui sont soutenu par des pieds en bois enterrés. Un système hydroponique assez classique : l’eau s’écoule par gravité en suivant la légère pente du NFT en passant par chacune des racines puis tombe dans le tube de retour fait en plastique épais et opaque (il me fait penser à ce plastique épais noir d’un coté et blanc de l’autre noir qu’on utilise en France pour recouvrir les balles de foin). L’eau en enfin filtrée mécaniquement avant de tomber de nouveau dans le réservoir et être renvoyé dans le système. C’est un circuit fermé.

2015-12-16 14.34.16

On a pu voir sur certains systèmes, un dispositif installé juste après la pompe qui sert à générer un effet Venturi et ainsi améliorer l’oxygénation de la solution nutritive si nécessaire. Lorsqu’il fait très chaud par exemple.

L’effet Venturi c’est lorsqu’un fluide en mouvement à l’intérieur d’un conduit fermé diminue sa pression quand la vitesse augmente lorsqu’il passe par une section plus petite. Sous certaines conditions, quand la vitesse augmente beaucoup, des pressions négatives sont crées et donc, en ce point du conduit, on introduit l’extrémité d’un autre conduit, il se produit une aspiration du fluide de ce conduit, qui sera alors mélangé avec celui qui circulait dans le premier conduit.

En aquariophilie, dans les prises de pompes d’eau ou filtres, l’effet venturi est utilisé pour l’injection de l’aire et/ou CO2.

2015-12-18 18.58.21

 

 

Español—————————————————————–

 

Despues de haber visto los videos de VerdeAgua, dejenme explicarles como funciona este sistema hidroponico.

El sistema esta formado por dos grandes reservas donde se prepara la solución nutritiva con una capacidad de 10.000l, luego una bomba que permite recircular la solución para que esta se mezcle y oxigene, la solución se puede enviar a cada uno de los invernaderos donde encontraremos para cada sistema una reserva de agua independiente un tubo que llega con solución y otro con agua. El PH y la Electroconductividad son verificados todos los días 3 veces por día.

Varios de los materiales utilizados para construir los invernaderos son reciclados, los invernaderos son de madera de aproximadamente 3m de alto, están cubiertos con plástico transparente para invernaderos, resistente a las altas temperaturas. Podemos ver una tela media sombra negra, para proteger a las plantas del sol del mediodía y en los días cálidos donde la temperatura supera los 40grados. Con un total de nueve invernaderos, Verde Agua cuenta con una capacidad para 100.000plantas, el espacio es aprovechado al máximo con zonas para la siembra y germinación otras para el primer crecimiento con una densidad elevada y luego los sistemas definitivos donde van a crecer hasta ser cosechadas.
Se siembra y transplanta todos los días, luego las plantas adultas se colocan en cámaras NFT de unos 12 metros sobre pies construidos con madera enterrados en la tierra, con una leve inclinadas el agua viaja hacia un retorno, fabricado en silobolsa por la cual el agua es recuperada filtrada y enviada a la reserva de agua (algunas de 500L otras de 1000L) para luego reenviar el agua al sistema (circuito cerrado).

Pudimos ver en algunos sistemas después de las bombas un dispositivo para generar un efecto Venturi y mejorar la oxigenación de la solución nutritiva en caso de que sea necesario.
El efecto Venturi consiste en que un fluido en movimiento dentro de un conducto cerrado disminuye su presión cuando aumenta la velocidad al pasar por una zona de sección menor. En ciertas condiciones, cuando el aumento de velocidad es muy grande, se llegan a producir presiones negativas y entonces, si en este punto del conducto se introduce el extremo de otro conducto, se produce una aspiración del fluido de este conducto, que se mezclará con el que circula por el primer conducto.
En Acuarofilia en las tomas de bombas de agua o filtros, el efecto Venturi se utiliza para la inyección de aire y/o CO2.

 

 

VerdeAgua Hidroponia – videos

———————————- like always: (kind of) english version below

VerdeAgua ce n’est pas une entreprise. C’est un écosystème. Un modèle complètement à part qui nous a entrainé vers une autre dimension.

VerdeAgua

Serai-ce parce que son directeur Sebastiàn Figueron nous a invité, sans nous connaître, dans sa propre maison pendant toute une semaine sans rien attendre en retour?

Serai-ce pour l’autonomie totale de chacun de ses employés ? Pour la bonne humeur générale qui règne dans les serres ou dans la chambre froide? Pour les plantes qui rayonnent sous le soleil uruguayen? Les valeurs de cette entreprise sont fortes et imprimées partout et en chacun.

 

IMG-20151219-WA0008

 

 

Je ne comprends toujours pas comment ils ont réussi un tel résultat, une telle osmose, créer une PME avec l’âme d’un projet familial.

VerdeAgua existe depuis 1999, ses fondateurs Sebastiàn Figueron et Juan Hererra ont relancé le marché des laitues hydroponiques en Uruguay avec une formule alléchante : une fraicheur extrême. Les plantes sont coupées à l’aube, lavées et empaquetés dans une chambre froide vers midi et livrées aux supermarchés en début d’après midi. Ces derniers leur commandent des produits tous les jours et toujours plus car la laitue part comme des petits pains. Les mix de salades contiennent plusieurs variétés de laitues et aussi du basilic et de la roquette. C’est un délice, et l’emballage sympa comme tout au nom alléchant « inspirada » « harmonia »   n’enlève rien à la magie. C’est frais c’est sain et c’est prêt à manger. Tout ce que les consommateurs recherchent.

 

DSC02914

 

 

J’ai voulu prendre quelques films pendant notre séjour là-bas pour faire une petite vidéo et transmettre un peu l’ambiance de cet endroit magique, sauf que… Sauf que comme tout me plait chez eux je me suis retrouvé avec plus de 3h de vidéos et uniquement des choses que j’avais envie de partager. Du coup je n’ai finalement pas fait une vidéo, mais bien quatre, qui se découpent en épisodes et qui suivent la vie de la plante de VerdeAgua :

 

 

Sembrar pasion (semer la passion) c’est le pouvoir de fascination qu’ont les plantes sur nous les humains qui en prenons soin, c’est la facilité avec laquelle on s’attache et on les chouchoute, ça vient de l’âme, c’est profond et c’est la base de l’agriculture.

 

Regar confianza (arroser de confiance) c’est la colle de cet écosystème, la décision des gérants de traiter leurs employés comme leur famille, avec une autonomie presque indécente, qui donne source à la plus grande créativité dont en bénéficient les petites plantes, le centre de ce mini monde.

 

Las Madres (les mamans) c’est une ode à la maternité qui nous habite tous, qui nous pousse à nous surpasser dans chaque épreuve, à prendre soin de chaque plante individuellement, de la force, de la sensibilité et de la délicatesse en chacune d’elles.

 

Comer amor (manger l’amour) c’est en beauté que se termine ce circuit vertueux, toute l’énergie et tout l’amour qui aura été donné par les madres et grâce à une nutrition soignée en hydroponie se retrouve dans la salade qui à son tour nous partagera ses bienfaits, la boucle est bouclé, on récolte ce que l’on sème.

 

 

C’est en espagnol, ne viens pas te plaindre que tu ne parle pas cette langue et que tu exiges des sous-titre ! Je te répondrai que les images parlent d’elles-mêmes.

 

(i did my best) ENGLISH VERSION (possible)————————————-

 

VerdeAgua is not a traditional company. It is an ecosystem. A completely separate model which led us to another dimension . Is it because its director Sebastián Figueron invited us without knowing us, in his own house for a whole week without expecting anything in return?

Is it because of the full autonomy of each of its employees? Because of the good mood prevailing everywhere inside the greenhouses or inside the cold chamber? Because of the plants that shine below the Uruguayan sun? The values ​​of the company are strong and printed everywhere and in everyone.

I still do not understand how they managed such a great result, an osmosis, they created an company with the soul of a family project. VerdeAgua exists since 1999, its founders Sebastián Figueron and Juan Hererra relaunched the market of hydroponic lettuce in Uruguay with a tempting formula: extreme freshness. The plants are cut at dawn, washed carefuly and packed into a cold room around noon and delivered to supermarkets in the early afternoon . From what we have seen, the more they produce, the more they sell, the clients simply love it. The mix of salads contain several varieties of lettuce and also basil and arugula. It is a delight, has a nice packaging and symbolic names such as  » inspirada  »  » harmonia  » it is just the cherry on top of the cake! It’s fresh it’s healthy and it’s ready to eat. Everything that the consumers are looking for.

I wanted to take some movies while we were there to do a little youtube video in order to share with you the atmosphere of this magical place, except … Except that I felt in love with everything about this place and I found myself with more than 3 hours videos. So finally I did not make a video, but four , which are cut into episodes and following the life of the plant at VerdeAgua :

Sembrar pasion (sowing passion) is the fascinating power of the plants on which we humans take care, it is the ease with which we are attached to them and we spoil them, it comes from the soul it is deep and it is the basis of agriculture.

Regar confianza (watering with trust) it is the glue of this ecosystem, the decision that the managers took to treat their employees like family, with an almost indecent autonomy, which gives them the largest source of creativity that benefit all of the plants, the center of this mini world.

Las Madres (mothers) it is an ode to motherhood within us all, that pushes us to excel in each event, to take care of each plant individually, strength, sensitivity and delicacy in and for each of them.

Comer amor (love eating) it is in beauty that ends this virtuous circle, all the energy and all the love that has been given by the Madres and through the best hydroponic nutrition is found in the heart of the salad that we eat and share with us its benefits in return, the loop is completed, you harvest what you sow.

 

It is in Spanish, please do not complain that you do not speak this language and that you demand subtitles ! I will answer that the images speaks for themselves.

Urban Farmers en Suisse

URBAN.jpg

 

Juste après le colloque APIVA de La Canourgue, nous avons continué la route jusqu’en Suisse, direction Bâle!

J’ai déjà mentionné sur notre page Facebook l’impact qu’avaient eu les Lufa Farms sur la création des Sourciers et en particulier le TEDx de Mohamed Hage. Aujourd’hui en France l’agriculture urbaine est sur toutes les lèvres mais il y a quelques années c’était juste une poignée de freaks comme nous. Alors à l’époque cette vidéo m’a donné confiance en moi et en notre projet : nous n’étions pas seuls.

Et du coup pour moi les Urban Farmers c’est un peu les Lufa Farms d’Europe.

DSC02862

Ils ont eu le culot de se lancer avant tout le monde, ils ont fait les choses très bien et donc ça marche et ça inspire des milliers de personnes en Europe et ailleurs. Pour ne rien gâcher, cerise sur le gâteau, ils ont de belles valeurs et sont très sympas.

Andreas étant très pris par les nouveaux projets, on a été reçu par Christophe, greenhouse manager à Bâle et petit génie des plantes et des poissons. Nico l’a dit et répété sur le chemin du retour : «Este chabon la tiene re clara!»

DSC02867

À Bâle la serre est un démonstrateur, on produit et on vend toute l’année, tout comme dans une serre traditionnelle. Ils organisent aussi des visites guidées au public, mais pas que.

C’est aussi un lieu de tests et d’expériences : en permanence on compare systèmes hydroponiques, variétés de plantes, outils de mesure et automatisation, etc.… La serre est vraiment high-tech, l’environnement est contrôlé avec des capteurs et toutes les données sont soigneusement recompilées et analysées. Rien n’est laissé au hasard.

Ils ont la capacité d’ajuster les 2 systèmes (poissons et plantes) en même temps ou séparément en utilisant différents sels minéraux spécifiques à chaque culture; comme l’hydroxyde de calcium pour le pH du système des poissons et fer chélaté pour le système des plantes. Du côté hydroponie ils utilisent un software très complet en données où on peut trouver les différentes compositions de solutions nutritives nécessaires à chaque type de plante cultivé. Une analyse de l’eau est faîte de manière hebdomadaire et ils ajustent celle-ci à la mole près pour que la solution soit parfaite et que les plantes développent le maximum de leur potentiel génétique.

DSC02870

C’est très différent de notre serre où tout est fait « à peu près » avec une EC et un pH qui varient allègrement. Les plantes ne s’en plaignent pas, on a beaucoup de chance de ne jamais avoir eu beaucoup de pertes. Mais c’est clair que pour pouvoir faire des tests et des mesures c’est quand même mieux d’avoir des données stables. Et puis contrairement à notre modèle actuel, leur système doit être productif puisque l’idée c’est de vendre le modèle avec des données de productions qui soient intéressantes pour les futurs acheteurs. La rigueur est donc de mise.

 

Ce que j’ai beaucoup aimé dans l’image que j’ai eu d’Urban Farmers c’est cette humilité malgré tout ce qu’ils ont réussi à mettre en œuvre. Cette façon de dire qu’il reste encore tellement de choses à découvrir et de mener des recherches nécessaires pour trouver des améliorations en permanence.

Ça m’a fait pensé à l’interview de Sebastian Figueron, Directeur d’une entreprise hydroponique depuis près de 15 ans en Uruguay, qui lorsque je lui ai demandé si l’hydroponie était l’agriculture du futur m’a répondu qu’il ne pensait pas non. « Que l’hydroponie était peut-être le pont vers l’agriculture du futur, mais que celle ci serait probablement très différente de celle que nous connaissons aujourd’hui. »

DSC02868

On a aussi senti que produire local pour eux c’était plus qu’une stratégie commerciale, c’était tout d’abord une évidence, et en parler autour d’eux pour sensibiliser les gens sur l’origine de leurs aliments c’était une mission.

 

Actuellement ils travaillent sur un nouveau projet à la Haye : UF De Schilde. Une serre est en construction sur le toit d’ancienne usine Philips. La surface de production sera de 1900m2 pour un total estimé de 45 tonnes de légumes et 19 tonnes de tilapias par an. Ambitieux mais après cette visite on y croit. Et on est vraiment content que ce soit eux qui montrent l’exemple en matière d’agriculture urbaine, avec des produits frais, mûrs, sains et très nutritifs.

2015-12-03 14.57.05

Ils cadrent complètement avec nos valeurs d’agriculture moderne, respectueuse de l’environnement et des personnes. Et on est vraiment content de les avoir rencontrés pour nous aider au travers de nos petites vidéos, à faire (re)découvrir l’hydroponie et l’aquaponie au grand public.

 

Vidéo : Les Sourciers chez Urban Farmers en Suisse

Leur site web: http://www.urbanfarmers.com

ENGLISH ¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

 

Just after visiting the APIVA event in La Canourgue, we took the road to Switzerland; let’s go to Basel!

I already mentioned on our Facebook page, the impact that the Lufa Farms had on us when we created Les Sourciers and in particular Mohamed Hage’s TEDx.

Today in France urban agriculture is everywhere, but a few years ago it was just a bunch of freaks like us. This video gave me confidence on me and on our project: we were not alone!

 

So in the end the Urban Farmers to me are like the “European Lufa Farms”! They had the guts to start before anyone else does and they worked quite well on their project, it is working, and more importantly to me: it is inspiring thousand of people in Europe and elsewhere.

At the top of the cake they share great values and are really cool.

 

Andreas being very busy with some new projects, we met with Christophe, greenhouse manager in Basel, and little genius of plants and fishes. Nico told me so more than one time on our way back home : «Este chabon la tiene re clara!»

 

In Basel the greenhouse works as a showroom, they produce and sell all year round, just like in a regular greenhouse. They also organize guided visits for the public, but that is not all.

It is also a place for tests and experiments: they continuously compare the diferent hydroponic systems, plant varieties, measuring tools and automatisation, etc… The greenhouse is really high-tech, everything is controlled with sensors and all the data is carefully analysed and recompiled. Nothing is left to chance.

 

They have the ability to adjust the 2 systems (fish and plants) at the same time or separately using different specific minerals in each culture; such as calcium hydroxide for the fish system pH, and chelated iron for the plant system. On the hydroponic side they are using a great software with many growing data that tells the exact composition of nutrients solution required for each type of plant. Weekly they analyse the water and adjust it to the mole until the nutrition is perfect, so the plant develop to their full genetic potential.

It is quite different from our greenhouse organisation in which the water EC and pH are controlled “more or less”. The plants are looking good thus; we may have been very lucky. But it is clear that if you want to make tests and measures it is better to have stable data. Also our actual way of growing is not a productive model. In the contrary, they run a productive greenhouse, as the idea is to sell a model with useful production data, which has to be interesting for future clients. It has to be crystal clear!

 

What I really enjoyed when meeting Urban Farmers is the humility despite all what they have managed to create. They have this way of explaining that there is still so much to discover and they are actually doing many researches to find improvements, permanently. It made me think of Sebastian Figueron’s interview (he is the director of an uruguayan hydroponic company, Verde Agua, since 15 years) when I asked him if he thought that hydroponic culture was the future of agriculture he told me he didn’t think so, no. “That hydroponic culture might be a bridge to the future of agriculture, but that it would probably be very different from anything we know today.”

We also felt that growing local was more than just a business strategy to Urban Farmers, it was obvious for a start, and communicating about the importance of knowing one’s food origin was a mission.

 

They are currently working on a new project in The Hague: UF De Schilde. A greenhouse is currently being built in the top of a former Philips factory. The production area will be 1900m2 for a total estimated of 45 tons of vegetables and 19 tons of tilapias per year. A very ambitious project but after what we have seen in Basel we definitely believe in them.

And we are very glad that Urban Farmers are the one showing the example in urban agriculture, with fresh produces, riped, healthy and very nutritive.

 

They totally fit with our values and belief of a modern agriculture, which respects nature and people. We are very happy we got to meet them and hope that they helped us with our little video project; get people to (re)discovering hydroponic and aquaponic culture all over the world.

L’aquaponie en France

HALDEN

En décembre on a participé à un colloque autour de l’aquaponie en France, trop de bonheur! (vidéo ici!)

Le cadre de La Canourgue est absolument sublime, pour ceux qui ne connaissent pas les Cévennes, c’est à couper le souffle. Un facteur qui nous a bien aidé à nous détacher pour quelques heures de la préoccupation de notre serre, pour nous livrer complètement à ce moment d’échange.

 

Journées de rencontre APIVA sur le site de La Canourgue.

APIVA = AquaPonie : Innovation Végétale et Aquaculture.

Capture

Pour comprendre et avoir les liens :

APIVA réunit divers acteurs de la recherche et du développement (ITAVI, INRACIRAD, ASTREDHOR…) et de l’éducation (EPLEFPA La Canourgue).

 

L’idée était de montrer l’état d’avancement des recherches faîtes en France sur ce sujet depuis près de deux ans par les 3 sites du projet : le RATHO, la Canourgue et PEIMA.

On s’est donc retrouvés dans la Lozère, entourés de porteurs de projets, de profs, stagiaires du Lycée Louis Pasteur la Canourgue, et d’une soixantaine de passionnées d’aquaponie.

DSC02850

En plus d’écouter de visiter et d’apprendre énormément des intervenants, certains porteurs de projet invités ont eu droit à un petit temps de présentation pour échanger sur leur expérience. Même nous, en hydroponie pourtant, avons fait une petite intervention pour présenter les Sourciers aux invités, on espère sincèrement avoir pu motiver des gens à se lancer dans le projet de leurs rêves.

 

On y a évidemment retrouvé des copains comme Greg d’aquaponie.net et les Aquaprimeur avec qui on a collaboré sur le projet d’agriculture urbaine à Belleville.

DSC02838

On a pu visiter les bassins et toute la partie pisciculture qui existe déjà depuis très longtemps, mais ce qui est nouveau c’est le recyclage des déchets organiques des poissons pour alimenter une serre de fruits et légumes qui est toute nouvelle. D’après ce que j’ai compris, l’idée c’est vraiment de faire un maximum de recherches afin de pouvoir optimiser le circuit indépendant de l’aquaponie. C’est à dire nourrir les plantes exclusivement des déchets des poissons sans ajouter d’intrants minéraux mais c’est très complexe car les poissons ne produisent pas tous les nutriments nécessaires au bon développement d’une plante. D’ailleurs on observe actuellement pendant notre « tour du monde de l’hydroponie » que la plupart des fermes aquaponiques font un hybride hydro/aquaponie afin de ne pas avoir de carences.

Sur les 16 éléments indispensables à la plante ; le fer, le calcium et le potassium sont généralement ceux qui doivent être ajoutés à l’eau des plantes pour éviter les carences. Ils peuvent aussi être apporté en pulvérisation foliaire sous forme minérale ou de chélates directement sur la partie aérienne des plantes.

DSC02844

 

Un autre défi de l’aquaponie c’est de stabiliser le pH.

En hydroponie le pH idéal des plantes est situé entre 5,5 et 6,5.

En aquaponie un pH trop acide endommage le développement des bactéries qui préfèrent un pH de 7,5 à 8,2 et donc freine l’activité de nitrification. Le problème si la nitrification ralentie est que les composés ammoniacaux vont s’accumuler et intoxiquer les poissons.

Pour trouver un compromis entre le bon développement des plantes, celui des bactéries et le bien être des poisson on cherche donc un pH stable situé entre 6,5 et 7,0.

Pour tamponner le pH on peut par exemple ajouter du KHCO3 (bicarbonate de potassium) et/ou du CaCO3 (carbonate de calcium) qui en plus de stabiliser l’acidité de l’eau, apporte des nutriments (calcium et potassium dans cet exemple) aux plantes.

DSC02849

Sur le site de La Canourgue on peut observer 2 pilotes complémentaires : un système recirculé qui existe depuis 2000 puis adaptée en 2013 à l’horticulture qui fonctionne en eau froide, et une station aquaponique qui a été créée en 2015 avec une eau chaude.

Des suivi et des mesures sont réalisés tous les jours sur l’eau, les poissons, les plantes puis un tableau comparatif des 2 pilotes est effectué pour tirer des conclusions. Ces expériences sont vraiment intéressantes pour tous les professionnels, comme nous en hydroponie, qui sommes tellement prit par la production/vente quotidienne que nous n’avons presque plus la possibilité d’effectuer des tests pour améliorer nos techniques de culture. Malgré notre certitude que nous sommes loin d’avoir terminé de faire des découvertes intéressantes pour améliorer la technique de culture!

 

Pour résumer : un beau moment, le projet APIVA répond parfaitement à sa mission de diffuser la connaissance.

Si tu es porteur de projet ou passionné d’aquaponie, ne manque pas leur prochain colloque. Il sera organisé sur un autre de leur site, tu peux les suivre sur leur site wordpress pour connaître la date en avant première, car les places sont limitées!

Si nos petites plantes nous le permettent, nous on y sera 😀

 

Vidéo youtube du colloque de La Canourgue :

Tour du Monde de l’Hydroponie / Hydroponic World Tour

Voici enfin la vidéo de présentation de notre tour du monde de l’hydroponie! / At least our hydroponie world tour video is ready to watch!

 

English version below 😉

 

 

Un projet que nous avons mûri pendant de nombreux mois. On le fait ou pas?? C’est quand même une grande folie pour des maraichers…

 

Mais en même temps c’est maintenant ou jamais. Nous n’avons pas encore d’enfant ni d’attaches importantes qui nous empêche de partir pendant plusieurs semaines. La France est plus en retard que jamais sur le sujet et la demande d’information est tellement forte. Si nous voulons rester de bon conseil il faut aller s’alimenter des expériences d’autrui sans tarder! (bon ceux qui me connaissent savent que je suis toujours pressée, rien de nouveau à ça)

 

Nous partageons volontiers au fil de nos rencontres nos expériences, nos tests en hydroponie, mais ceux-ci ne sont basé que sur 5 ans de culture hydroponique avec seulement certains systèmes (nft, floating, table à marée, aero-hydro) alors qu’il existe des miliers de maraichers hydroponiques qui ont chacun leurs technique et leur expérience à partager.

 

Un jour on m’a dit « il y a autant d’agriculteur que de manière de pratiquer l’agriculture »

 

Et c’est vrai que je pestais lorsque je ne trouvais pas un bon bouquin sur « comment faire du maraichage » c’est parce qu’il n’y a pas une bonne manière, chacun a ses trucs et astuces.

 

Nous avons donc fini par craquer, et par acheter les billets d’avion. Ensuite plus possible de faire marche arrière, il ne reste qu’à trouver des gens intéressant à aller visiter! Et la bonne surprise c’est que nous avons eu énormément de sollicitation dans le monde entier! Malheureusement on ne peut pas aller voir tout le monde mais on a essayer de créer un bon échantillonnage de type de culture différent. Nous avons hâte de vous les faire découvrir avec nous!

 

Il est temps de prendre la route,

 

 

Suivez nos aventures en live sur les réseaux sociaux:

INSTAGRAM: @LesSourciers
FACEBOOK: http://on.fb.me/14eHN8L
TWITTER: @lessourciers

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

A project that we have murished for many month. Should we do it or not? It is actually quite crazy for farmers…

 

But you know it was a « now or never » kind of situation. We don’t have any kids yet and I can’t see any other reason why we could’nt live for a few weeks. France is way too late on hydroponic matters and the demande for information is huge. If we want to keep pretending to help people on their projects we must live, share, and learn with the others …asap! (for those who know me I am always in a rush, nothing new with that)

 

We share with great pleasure our hydroponic experience with anyone that we meet, but it is based on a 5 years experience only and with a few hydroponic systems (nft, floating, ebb and flow, aero-hydro) whereas there are thousands of hydroponic growers and each one of them has his own technic and experience.

 

Someone once told me « There are as many growers than there are ways to grow »

 

And it is true that I was going crazy when I could’nt find one single good book on « how to grow vegetables » it is because there is no one way of doing it, each one has his own tricks and tips.

 

So we decided to follow our feelings and buy the plane tickets. Then we could’nt back up, we just had to follow throught and find some interesting people to go and meet. And the good news is that we had invitation from all over the world! Unfortunatly we won’t be able to visit every farm that contacted us but we have prepared a good sample of hydroponic growers. We can’t wait to have you discover them with us.

 

It is now time to take the road

 

You can follow our adventures live on

INSTAGRAM: @LesSourciers
FACEBOOK: http://on.fb.me/14eHN8L
TWITTER: @lessourciers

 

Notre serre hydroponique au mois de Septembre // Our hydroponic greenhouse in September

Pour vous donner une petite idée de nos « bureaux », voici notre bébé, notre serre, la jungle qui nous sert de lieu de travail dans le Gers. J’avais réalisé en décembre 2014 une petite vidéo sur nos plantes en hiver, vous pourrez comparer avec celle-ci qui date du mois de Septembre.

N’hésitez pas à nous poser des questions sur les variétés que vous pourrez apercevoir, ici le savoir c’est open source. Sans vouloir faire de vieux jeux de mots avec notre nom (hum-hum).

Bonne visite les amis!

//

In order to show you our « office », here is our baby, our greenhouse, the jungle where we work in Gers, south west of France. I edited in december 2014 a little video showing our greenhouse in winter, so you’ll be able to compare with this one made this Septembre.

Don’t hesitate to ask anything you want about the plant varieties in the vid, here knowledge is open source, and I definitely not making a word play with our name (hum-hum)

Have a nice visit folks!